Reduction demandeur d'emploi 72





Ceux-ci bénéficient dun accompagnement individualisé qui permet de favoriser leur insertion professionnelle.
Cette multiplicité dacteurs entraîne une grande complexité des procédures, qui freine le développement de la formation des demandeurs demploi.Cest ce qui fait leur diversité.Les missions des maisons de lemploi le sont donc elles aussi.541-1 du devred reduction anniversaire code du travail dans sa rédaction issue de la loi n du 1er août 2008 relative aux droits et aux devoirs des demandeurs demploi.Avec les moyens qui lui ont été dévolus ces derniers mois, il me semble que ce premier rendez-vous doit pouvoir intervenir au minimum dans le premier mois, afin que le demandeur demploi ait le sentiment quon laide.La Cour des comptes dans son rapport public sur le marché du travail souligne le rôle encore limité du fonds et constate quil «est aux prises, depuis sa création, à des difficultés administratives et techniques qui ont fortement entravé son action.5311-4 du code du travail qui prévoit que «les organismes publics ou privés dont lobjet consiste en la fourniture de services relatifs au placement, à linsertion, à la formation et à laccompagnement des demandeurs demploi» peuvent participer au service public de lemploi.Pour le reste, les données permettant de suivre lactivité des missions locales et dapprécier leur efficacité apparaissent fragmentaires et difficiles dinterprétation.À ce titre, elles gèrent en particulier le contrat dinsertion dans la vie sociale (civis dispositif réservé, aux termes de larticle. .Le programme «Cap vers lentreprise» qui était un programme daccompagnement renforcé mené par des conseillers de lanpe a permis daugmenter ce taux de 9 points, et donc de porter le taux de sortie vers lemploi au bout de trois mois à environ 21 des demandeurs.Ainsi, lors dun déplacement, votre Rapporteure a pu constater quun demandeur demploi qui souhaitait suivre une formation en informatique se voyait donner la liste des organismes proposant des formations de ce type, à charge pour lui de contacter ces organismes et de voir si ceux-ci.
Dans les faits, après avoir suscité beaucoup de mécontentement au sein du personnel, le principe du métier unique a été abandonné neuf mois après la fusion.




Alexis Goursolas, chargé de mission «Emploi, Insertion par lactivité économique».» ( 64 ) Par ailleurs, cette étude souligne quà lissue de la prestation, les conseillers nintègrent pas systématiquement les acquis et bénéfices de la prestation pour le demandeur demploi.Ce nest dailleurs pas du fait des partenaires sociaux mais parce quun grand nombre des demandeurs demploi de ce pays sont indemnisés après lexercice dactivités réduites.La clé dune reprise de lemploi, cest une reprise de lactivité économique.Il dispose également que cette convention «prévoit les modalités de financement, par le département, des actions daccompagnement quil souhaite voir réalisées au profit des bénéficiaires du revenu de solidarité active, en complément des interventions de droit commun».Nicolas Bondonneau et Mme Fatma Rahil, Évaluation de la mise en œuvre du premier palier de renforcement des services, prévu par la convention tripartite signée entre lÉtat, lUnédic et Pôle emploi, Inspection générale des finances et Inspection générale des affaires sociales, septembre 2010.Pôle emploi devrait avoir des correspondants au conseil général, par exemple, pour les problèmes de crèche ou de garde denfants.Je suis quelque peu surpris puisque tous les rapports annuels du Conseil national des missions locales ou de lUnion nationale des missions locales, présidée par notre collègue Jean-Patrick Gille, donnent toutes les précisions nécessaires : lan dernier, 500 000 jeunes ont été accueillis en emploi.Le surcoût de la masse salariale (dû essentiellement à un rattrapage effectué au profit des anciens agents de lanpe) lié à la mise en place en 2010 de la nouvelle convention collective a été estimé par Pôle emploi à 250 millions deuros (soit 278 millions deuros compensés.Le conseiller ne doit pas seulement orienter le demandeur demploi, mais aussi laccompagner dans ses démarches.Le précis relatif à ces règles dindemnisation comprend plus de trois cents pages.
Je ne suis pas persuadé que lon puisse les mettre sur le même plan, à moins dinvestir 5 milliards deuros dans les écoles de la deuxième chance en leur attribuant tous les crédits de Pôle emploi.



Enfin, les autres collectivités territoriales (départements, communautés dagglomération) seraient également représentées au conseil dadministration et participeraient au financement.
Dans létude comparative précitée ( 59 lInspection générale des finances constate : « Un demandeur demploi peut théoriquement bénéficier denviron 5 heures et 15 minutes dentretiens dans le cadre dun parcours standard de 12 mois.
Elle a ainsi assisté à un entretien au cours duquel un demandeur demploi qui voulait se réorienter vers la profession darchitecte dintérieur  et qui avait défini un projet professionnel précis en ce sens  se voyait malgré tout proposer une prestation dune durée de trois mois.


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap